Paradox casse les codes de l’industrie peu crédible et poussiéreuse du développement personnel.

En Mai 2024, après avoir accompagné plus de 40 000 personnes, Paradox réaffirme son positionnement et troque les théories non prouvées et les promesses exagérées du dev perso - trop souvent déconnectées de la réalité - pour des outils et des stratégies pragmatiques, soutenus par la science, pour donner aux gens le pouvoir de vivre leur vraie ambition. 

L’échec du développement personnel.

Dans les années 1960, le coup de force du dev perso, c’est d’abaisser la barrière à l’entrée, et de repackager les principes philosophiques et complexes d’Aristote, Epicure, Nietzsche, ou Kant dans un langage simple, qui s’adresse à Monsieur et Madame tout le monde. 

Les réponses à la question « comment changer sa vie ? » deviennent enfin accessibles au plus grand nombre. 

Au XIXe siècle déjà, aux États-Unis, un nouveau courant émerge : New Thought (La Nouvelle Pensée). Ses enseignements reposent sur l’idée qu’on puisse atteindre le bonheur, prospérité et succès grâce à l’unique pouvoir de notre esprit.

Attrayant pas vrai ? 

Traditionnellement, le succès et l'amélioration de soi étaient attribués au travail acharné, à la persévérance et à la discipline. Le New Thought marque un éloignement de l'accent mis sur l'effort physique ou mental intense comme seul moyen d'atteindre ses objectifs.

Les pensées négatives ne sont pas simplement des obstacles mineurs ; elles sont perçues comme la racine du malheur et des échecs. 

La promesse est sexy : il suffit d'être positif pour réaliser ses rêves.

Et là, banco : 

Ces contenus vont très vite gagner en popularité, et c’est toute une industrie qui se crée.

C’est à ce moment qu’émergent des dizaines d’approches et de méthodes (pensée positive, visualisation, loi de l’attraction,…) 

Dans le même temps, on fait face à un bombardement médiatique qui renforce de manière quasi permanente le fantasme d’une vie dénuée d’inconfort.

Il suffirait de fumer une cigarette pour devenir un VRAI homme !

Par contraste, notre vie semble fade et difficile; et on se met à croire que le vrai problème de notre vie c'est l'adversité.

De plus en plus de méthodes miracles vendent alors une vie sans peur, sans échec, sans douleur avec la promesse de créer des résultats instantanés et sans efforts.

Une vie sans souffrance ? Cool non ?

En nous faisant croire à un développement personnel simple, facile, sans effort et immédiat, l’enthousiasme des premiers instants laisse place à la réalité de notre quotidien : changer c’est difficile.

Alors que certaines personnes baissent les bras et blâment le destin de s’acharner contre elles, d’autres se mettent même à croire que le problème, c’est elles.

Résultat : de nombreuses personnes perdent confiance en elles ou rejettent le développement personnel. D’autres, plus sceptiques, sont repoussées depuis le début par un manque évident de crédibilité.

Le développement de soi, auquel on aspire pourtant tous, devient alors synonyme de : Bullshit. 

Et ça a des conséquences que nous, Paradox, on trouve dramatiques.

Des conséquences dramatiques

Pendant plus de 8 ans, Bronnie Ware, aide-soignante spécialisée en soins palliatifs et auteur du livre The Top Five Regrets of the Dying, a été au contact pendant plusieurs années de patients en fin de vie. 

Le regret le plus fréquent qu’elle a relevé chez les centaines de patients dont elle s’est occupée ?

"J'aurais aimé avoir le courage de vivre une vie fidèle à moi-même, et non la vie que les autres attendaient de moi".

La tragédie, c’est que l’industrie qui était précisément destinée à résoudre ce problème est en réalité en train de le creuser.

Heureusement, de nouveaux courants, soutenus par une approche scientifique et plébiscités par de plus en plus de chercheurs (Adam Grant, Andrew Huberman, Carol Dweck…) se distinguent par le concret et l’efficacité de leurs approches, séduisant au passage des personnes jusqu’alors sceptiques des approches plus classiques. 

Pour Paradox, le fait que tant de personnes terminent leur vie avec des regrets est une réalité poignante qui nous touche profondément.

Les regrets de ne pas avoir joué au niveau dont elles se sentaient capables.
Les regrets
d'avoir étouffé ce murmure intérieur.
Les regrets
de s'être conformé aux normes établies.

Mais aussi…

Cette conversation cruciale avec un proche qui n'a jamais eu lieu. 
Cette relation
gâchée ou celle à laquelle on n'a jamais donné sa chance. 
Ce chapitre de roman
jamais entamé. 
Cette idée folle
jamais lancée ou le job de nos rêves jamais poursuivi. 
Ce tour du monde
constamment repoussé ou ce voyage "presque" planifié. 

C’est là que Paradox intervient.

La mission de Paradox: Empower people to live their true ambition*

*Permettre à un maximum de monde de vivre leur vraie ambition.
Un développement personnel
plus pratique, personnalisé et efficace. 
Un développement personnel qui s'inspire de la philosophie stoïcienne, tout en fouillant les dernières recherches de Stanford.
Un développement personnel qui permet aux gens de comprendre que paradoxalement ce sont nos efforts constants pour éliminer le négatif - insécurité, incertitude, échec ou tristesse - qui sont la cause du fait qu’on soit si peu sûrs de nous, si anxieux, si incertains ou si malheureux.
Un développement personnel qui permet à un maximum de monde de vivre leur vraie ambition. De vivre la vie qui les inspire.

“La vie qui les inspire” ? 

La première fois que le mot inspiration a été utilisé en français, c’était au XIIe siècle pour parler d'une influence divine qui guiderait les individus vers leur destin, leur mission.

On voit déjà certains d’entre nous lever les yeux au ciel.

Mais il y a une façon très rationnelle de comprendre cette définition, qui va parler aux avides de spiritualité comme aux esprits les plus sceptiques.

Beaucoup d’esprits brillants, d’ailleurs admirés pour leur intelligence et leur contribution, croyaient fortement à cette idée d’inspiration.

EINSTEIN
parlait par exemple d'une sorte de “voix intérieure” qui guidait ses réflexions sur l’univers.
SOCRATE
parlait du “daemon”, une voix qui lui parlait de manière négative, en lui disant ce qu'il devait éviter. 
NAPOLÉON BONAPARTE
faisait quant à lui référence à son "étoile" qu'il sentait toujours monter lorsqu'il prenait la bonne décision.
GEORGE SAND
romancière et dramaturge française du 19e siècle, parlait de l'inspiration comme d'une visite impromptue, un élan qui surgissait et guidait sa plume. 
Redéfinir l’ambition

Quatre heures de travail par semaine, les pieds dans l’eau à Bali, à siroter des cocktails et célébrer sa retraite à 32 ans au bord de la plage … 

Une Lamborghini, une Rolex et l’abondance financière… 

C’est forcément ça l’ambition ? 

Pour Paradox, vivre sa vraie ambition, n’est pas la recherche fantasmée d’une passion où tout deviendrait facile et plaisant. Un bonheur que les Grecs anciens appelaient l’Hédonisme, la quête du plaisir absolu et le fantasme de l'absence de souffrance.

Pour Paradox, vivre sa vraie ambition, c’est tendre vers l’eudémonisme (qui prend ses origines dans le Daemon de Socrate, cité plus haut) un bonheur basé sur le sens, l’équilibre et les accomplissements.

Vivre son ambition, c’est choisir le challenge qui a du sens pour soi. 

C’est embrasser plaisir et souffrance sur son chemin.

Pour Paradox, l'ambition ce n’est pas viser haut pour impressionner les autres.

C’est avoir le courage, parfois, d’écouter cette petite voix qui nous murmure ce qui est important pour nous. Au-delà de ce que la société juge être la bonne voie. 

C’est : devenir cet époux attentionné, cette mère ou ce père complice; c’est devenir un(e) excellent(e) manager, un athlète de haut niveau; c’est créer une organisation caritative; lancer la prochaine boîte qui servira des millions de personnes; c’est voyager autour du monde avec ses enfants pour découvrir de nouvelles cultures; c’est fonder une famille; vivre simplement, au bord de l'eau; travailler depuis chez soi à temps plein; lancer sa propre activité sur le côté; poursuivre des ambitions d’artiste; reprendre des études, apprendre une nouvelle langue, peaufiner sa maîtrise d’un instrument de musique, vivre au contact des animaux…

C’est avoir le courage d’exprimer notre singularité. 

Selon, Robert Greene nous sommes tous uniques : personne d’autre que nous à travers le monde et à travers les âges n’a la même séquence ADN que nous.

À cet aspect biologique s’ajoute notre environnement et nos expériences : personne au monde, même des jumeaux, n’a le même vécu qu’un autre individu.

C’est ce mix unique d’expériences, d’aspirations, de valeurs, de connaissances, de ressources qui nous caractérise et fait que personne ne pourra JAMAIS apporter au monde une contribution similaire à la nôtre. 

Chez les plus grands, ce murmure intérieur, cette flamme qui les pousse à exprimer leur génie, fait plus de bruit que toutes les injonctions de l’extérieur, et les pousse à déplacer ciel et terre pour aller au bout de leurs ambitions.

Ce murmure intérieur est présent en chacun de nous. C’est ce qu’on ressent quand on est plongé dans une activité qui résonne profondément avec la personne qu’on est véritablement. 

Ou au contraire, ce sentiment de malaise, d’ennui, qui nous submerge quand on fait ce qui ne nous correspond pas vraiment.

Certains diront qu’avant de se développer soi-même, il s’agirait de penser aux autres.
On pense que c’est l’inverse et que paradoxalement, c’est en allant vers ce qui nous inspire “égoïstement”, en repoussant nos limites, et en résolvant les problèmes qui ont du sens pour nous, qu’on peut avoir une influence forte sur le monde qui nous entoure. 

Pasteur en explorant son génie a contribué au monde

Serena Williams en explorant son génie a inspiré des milliers de jeunes filles…

Ici on évoque des personnes qui sont élevées aux rangs de Héros, mais à Paradox on a…

Une conviction forte :

Heroes are everywhere. 

Les modèles de réussite et de succès sont trop souvent les mêmes : Oprah Winfrey, Michael Jordan, JK Rowling, Albert Einstein… 

Sauf que si ces figures emblématiques en inspirent certains, pour d’autres, leur succès paraît inatteignable,  et peu accessible. 

Le problème de ne voir que les héros dans la lumière, c’est que ça nous laisse penser qu’une vie n’est réussie qu’à partir du moment où notre nom devient public.

Mais est-ce le cas ?

Marcel Grossmann
 La famille Grossmann a fourni à Einstein un soutien émotionnel et académique, y compris une aide en mathématiques, qui a contribué à ses premiers succès.
Gabrielle Émilie le Tonnelier de Breteuil
Marquise du Châtelet - Bien qu'ils ne se soient jamais rencontrés (du Châtelet ayant vécu au 18e siècle), ses traductions et interprétations de la physique newtonienne auraient eu une grande influence sur les propres recherches scientifiques de Curie.
Mackie Shilstone
Consultant en fitness et nutrition qui a joué un rôle clé pour aider Serena à maintenir une condition physique optimale, lui permettant de concourir au plus haut niveau bien dans la trentaine.
Hugo van Lawick
Photographe animalier et premier mari de Goodall, van Lawick a aidé à documenter ses études, les rendant accessibles et digestes pour un public plus large.
Clayton Christensen
Professeur à la Harvard Business School, les travaux de Christensen sur l'innovation disruptive ont profondément influencé l'approche de Jobs en matière de business et de développement de produits.

N’est-ce pas magnifique de voir que toutes ont été fortement inspirées et influencées par des personnes qui, avant elles, ont eu le courage de défier le statu quo, de suivre leur vraie ambition ? 

Comme on le voit, aucune de ces personnalités reconnues pour leur succès ne s’est faite seule.   

Tous les héros ne sont pas célèbres. 

Certains sont dans l’ombre et pourtant illuminent nos journées ou nos vies par l’amour qu’ils mettent à exceller dans leur domaine

Ce professeur dans l'ombre qui se documente sans cesse sur la pédagogie et teste de nouvelles approches avec ses élèves pour les accompagner jusqu'à voir cette étincelle de curiosité et d’intérêt dans leurs yeux.  

Ce thérapeute / ce coach dans l'ombre qui se consacre à l'étude approfondie des récits de vie de ses patients, se plongeant dans les détails et les subtilités de leurs histoires personnelles pour mieux comprendre et dénouer les fils complexes de leurs psychés et les aider dans leur processus de guérison. 

Ce musicien dans l'ombre qui passe des heures à analyser les enregistrements de centaines de virtuoses, répète inlassablement, peaufinant chaque note et chaque mélodie, éveillant les émotions profondes de son public. 

Ce père ou cette mère dans l'ombre qui, plutôt que de suivre les conseils parentaux traditionnels, se forment en psychologie enfantine pour mieux répondre aux besoins émotionnels et développementaux de leurs enfants. 

Heroes are everywhere : c’est notre cri du cœur pour célébrer tous ceux qui se donnent pour être les meilleurs dans leurs domaines dans la lumière ou dans l’ombre.

On croit qu’en chacun de nous sommeille un héros qui peut, à la hauteur de ses aspirations, émerveiller le monde qui l’entoure.

Et c’est pour ça que Paradox s’adresse…

Aux fous, aux inadaptés, aux rebelles… 

Here’s to the crazy ones, the misfits, the rebels, the troublemakers, the round pegs in the square holes… the ones who see things differently — they’re not fond of rules… You can quote them, disagree with them, glorify or vilify them, but the only thing you can’t do is ignore them because they change things… they push the human race forward, and while some may see them as the crazy ones, we see genius, because the ones who are crazy enough to think that they can change the world, are the ones who do.

— Steve Jobs, 1997

Paradox s’adresse à ces fous, ces inadaptés, ces rebelles, ces personnes inspirées à l’idée d’exceller, qui voient les choses différemment, ne s’imposent aucune limite et défient le statu quo.

Paradox s’adresse à tous ceux et toutes celles : 

  • Qui refusent de se complaire et de se satisfaire de leurs gloires passées, sans avoir faim de nouveaux défis. 
  • Qui ne reculent pas devant de nouveaux challenges qui les pousseraient à devenir meilleurs.
  • Qui sont prêts à embrasser l’inconfort et cherchent les millimètres supplémentaires qui font une différence.  
  • Qui refusent de privilégier le confort à court terme aux gains à long terme.
  • Qui refusent de se contenter de résultats moyens.
  • Qui refusent de se contenter de moins alors qu’ils aspirent à plus.
  • Qui refusent d’abandonner leurs ambitions pour la sécurité et le confort de la routine. 
  • Qui refusent de jouer petit. 

De la vision à l’exécution 

Aussi beaux et nobles soient-ils, les grands principes ne valent rien s’ils ne sont suivis d’une exécution irréprochable qui transforme l’abstrait en concret. 

Pour créer l’expérience la plus mémorable et transformatrice, Paradox a donc articulé cette exécution autour de 4 principes ambitieux :

Rendre l’apprentissage captivant. 

De diapositives ennuyantes… à des histoires captivantes.
De théories barbantes… à une pédagogie stimulante.
De formateurs blasés… à des experts passionnés.
Nous privilégions l’expertise à la renommée en donnant la priorité aux formateurs réellement inspirés par l’éducation et la psychologie dans le but de rendre nos programmes réellement engageants, captivants et transformatifs. 

Adopter une approche scientifique de l’apprentissage.

Les programmes de Paradox sont soutenus par une approche scientifique et les concepts, théories, principes partagés émergent de l'étude de centaines de personnalités reconnues pour leur succès, dans tous les domaines : Richard Branson, Marc Simoncini, Gad Elmaleh, Laurent Lafitte, Tony Parker, Fred Bousquet, Mike Horn, Isabelle Nanty…
Paradox s’inspire également de la sagesse ancienne des philosophes qui ont marqué ce monde.

Partager des méthodes applicables au quotidien.

L’industrie du développement personnel est pleine de méthodes et de théories qui ne s’appliquent pas dans la réalité du quotidien chargé de monsieur et madame Tout le Monde. Paradox met alors en avant “les héros” du quotidien et rend le développement personnel plus concret, plus pratique et facile à intégrer dans nos vies, sans fermer les yeux face aux complexités que chacun peut rencontrer. 

Rendre le développement personnel plus crédible. 

Nous ne promettons pas de solutions rapides irréalistes, nous ne prônons pas une positivité aliénante, et nous n'interdisons pas l'expression de la colère, de la tristesse, ou du désespoir ou d'autres émotions souvent jugées négatives.
On parle de la vie, la vraie. Et de l’humain, dans toute sa complexité. 

Ces 4 piliers sont eux-mêmes mis en musique à travers nos différentes marques. 

L'UNIVERS PARADOX

Paradox School (anciennement EDEC). 

Très souvent, le coaching est réduit au changement de comportement et à la fixation d'objectifs. Mais si les gens n’arrivent pas à dépasser les challenges qu’ils rencontrent, ce n’est pas parce qu'ils ne savent pas quoi faire. Mais bien parce qu'ils rencontrent un blocage interne, souvent inconscient. 

La Paradox School réinvente alors l'éducation aux outils du coaching et se donne pour ambition de les rendre accessible au plus grand nombre en mêlant le meilleur de la thérapie et du coaching pour enseigner ce qu’on appelle le Coaching Profond.

Paradox LEARNING. 

Paradox Learning (PXL) crée des programmes d’accompagnement destinés aux personnes ambitieuses à la recherche de solutions pratiques et concrètes pour leur développement personnel et professionnel en adoptant une approche scientifique de la pédagogie, en s’inspirant de principes philosophiques anciens et d’outils tirés de l’expérience d’un large éventail de personnalités reconnues pour leur succès.

Le tout, dans le but de créer une expérience d'apprentissage captivante et personnalisée, transposable au quotidien chargé de Monsieur et Madame Tout le Monde.

Paradox Business. 

Paradox Business accompagne les CEOs, executives et managers de demain en fournissant des outils concrets au travers d’échanges et réflexions avec divers experts d’industries, et leaders d'opinion.

Paradox FOUNDATION. 

En France, un adolescent sur cinq grandit sous le seuil de pauvreté. Décrochage scolaire, situation d’échec, souffrance psychologique, perte de sens et d’intérêt… les conséquences sont nombreuses.
La Paradox Foundation a pour mission d’accompagner les jeunes générations de 18 à 25 ans à développer leur potentiel en leur offrant l’accès à un écosystème qui favorise l’entraide, la connaissance de soi et le dépassement de soi au travers de bootcamps et d’initiatives diverses.

La Paradox Nation.

Paradox, c’est avant tout un pari : Celui d’un effet papillon à l’échelle planétaire.

Car derrière chaque enseignement, chaque stratégie, chaque outil partagé, se cache le potentiel (et l’espoir) de changer le cours d'une vie – et avec elle, celle de toute une génération.
C’est dingue l’influence qu’une seule personne peut avoir sur des dizaines, centaines, milliers, voire des millions d'autres. 
Et c’est précisément parce qu’on est conscient de cette influence qu’on se donne autant de mal, et qu’on prend cette mission autant à cœur. 

Alors oui, ça n’a rien de simple. 

Réécrire les règles du jeu au lieu de se conformer à celles existantes, tracer notre propre chemin au lieu de suivre une voie préétablie, croire en ce qui n'a jamais été tenté auparavant. Ça nous challenge au quotidien.

Mais au cœur de cette complexité réside une certitude : celle que chaque effort en vaut la peine. 
Car en transformant des vies, ensemble, on transforme le monde.